Webzine

Chronique & interview  // Iris & Arm – Les Courants Forts (LZO Records)
Chronique & interview // Iris & Arm – Les Courants Forts (LZO Records)

Iris & Arm – Les Courants Forts + Interview (LZO Records)

Genre : Hip-hop, Rap

Sortie : 6 novembre

Courez. Vite.

Je me souviens, c’était il y a quelques années. Iris, c’était avec « Ciel Ether ». Un morceau qui m’a retourné le cerveau pendant bien longtemps. Et jusqu’à aujourd’hui encore. Arm, c’était avec Psykick Lyrikah, un soir chez un pote. Une ambiance sombre dans la pièce, et ce groupe qui allait changer pas mal de choses, notamment dans ma manière de concevoir le « rap ». En somme, il y a eu un avant. Et un après. Le temps de laisser la place à quelque chose de nouveau.

Iris & Arm. Quand deux de mes MCs préférés se rencontrent et montent un projet commun. C’est sans compter le titre « Métronome », issu de l’album Soul’Sodium, et première pierre à l’édifice de cette fiévreuse collaboration. En tout cas, j’en ai salivé pendant des mois. Depuis la rumeur il y a plus d’un an, jusqu’à l’annonce de cet album, en passant par les « on dit » et les informations parasites. Enfin ! Le graal est en précommande sur le shop de LZO (en promotion jusqu’au 5 novembre d’ailleurs, profitez-en !), avec un joli packaging CD + 45T + livret (rendons grâce à MatMat !).J’ai un peu peur d’avancer dans cette news, de perdre toute objectivité, et d’être beaucoup trop dithyrambique sur cet album. Remarque, je ne l’ai pas écouté. Juste (pré)commandé. Mais j’ai eu la chance d’avoir quelques aperçus de l’album, sur des solos respectifs de Iris et Arm, qui sont tout simplement surpuissant, sur des instrus non pas techniques, mais sévèrement efficaces. Et si ma mémoire ne me joue pas de tour, ce n’étaient que des maquettes. Je n’ose imaginer les versions finales. Mais je me rends déjà bien compte du potentiel de cet album sur les deux premiers titres disponibles, « Case Départ » et « Les Courants Forts ».

Question de timing. Impossible de capter les deux personnages en même temps. Alors c’est par échange de mails que s’est réalisée l’interview ci-dessous.

Adikt : Hello ! Tout d’abord, comment et pourquoi vous est venue l’idée de travailler ensemble sur cet album ? Comment vous avez travaillé ? Ca a à voir avec « Métronome » ?

Iris: En fait on s'est rencontré pour la première fois en studio sur le projet Soul'Sodium, je connaissais qu'un seul morceau de lui que m'avait fait écouter un pote, c'était "Et la nuit s'éternise" avec le duo d'Abstrackt Keal Agram et j'ai tout de suite dit "mais c'est qui ce mec ?". Je pense que l'idée de faire quelque chose ensemble est venue naturellement, presque instantanément même, mais oui on peut dire que ça a à voir avec "Métronome", c'est le premier morceau qu'on a fait tous les deux ça fait forcément parti du cheminement. On a quasiment tout écrit par mail, on s'envoyait des bouts de couplets, ça laissait de la place pour rebondir et faire avancer les textes ensemble.

Arm: je ne connaissais qu'un morceau d'Iris lorsqu'on s'est rencontré. Mais c'était "Ciel Ether". Des titres pareil c'est très rare d'en entendre, j'étais admiratif de l'écriture et de l'intensité de ce morceau. Vu que sur "Soul Sodium", on a bien sympathisé, on est restés en contact et on a rapidement pensé à un truc commun.

Adikt : Qu’est ce qui vous attire artistiquement l’un chez l’autre ?

Iris: Ce qui me parle c'est ce sentiment de sérénité qui se dégage de ses morceaux, le calme avant mais aussi pendant et après la tempête. Et puis il compose aussi. En fait ça ne s’explique pas vraiment... C'est un putain d'artiste quoi !

Arm: Y'a un truc chez Iris qui est entre la tension dans le texte, la façon de le chanter, et l'impression que ses textes sont complètement hors du temps, malgré les références. Quelque-chose d'universel en termes de sens et d'intention. Et des choix de mots qui sonnent toujours justes et simples. J'aime la simplicité quand elle est puissante.


« Retour à la case départ, boucle fermée, le jour se lève un peu tard. Retour au calme. Retour aux marques. On repartira quand même juste pour voir »


Adikt : Arm, je crois que tu avais réalisé les instrus de ton album précédent « Vu d’ici ». Est-ce que tu t’es de nouveau prêté à cet exercice ? D’ailleurs, qui d’autres fera des instrus pour cet album ?

Arm: Là j'ai fait deux sons. Un titre où je rappe en solo, et un titre où seul Iris rappe. Ce sont des sons dans des couleurs assez différentes de ce que j'ai l'habitude de faire pour Psykick, d'ailleurs. Plus légers. En prods il y a Le Parasite, My dog is gay (ex-Abstrackt Keal Agram), Boulo, Le Kidd, Pan@Point et Robert le Magnifique.

Adikt : Iris, si je ne dis pas de bêtises, c’est ton « vrai » (remarque bien les guillemets !) premier album. Ca a été un challenge ?

Iris: Un challenge ? Non, enfin je ne me suis pas posé la question comme ça, il était surtout temps d'écrire un peu plus ! Mais c'est toujours pareil, quand tu fais un morceau ou un projet avec un mec comme Arm ou comme Sept avec qui j'ai fait quelques titres, y'a une espèce d'émulation positive, t'as envie d'être bon parce que tu sais que l'autre le sera. Le seul challenge et il est de taille, c'est de réussir à faire des choses qui restent.


« Pointer du doigt l’étoile, dix fois toucher le toit du monde et passer au travers. Dans les courants forts, qu’il tombe des cordes ou qu’émergent des cornes sous nos pieds »


Adikt : Quelle est la ligne directrice de l’album ? A quoi doit-on s’attendre ?

Arm: Le disque a plusieurs facettes et des atmosphères différentes selon les morceaux. Le fait qu'on ait demandé des sons à plusieurs producteurs en est une des raisons, mais aussi le fait que l'album a été écrit à distance et de manière assez hachée, du coup c'était un peu au feeling, il y a des choses assez instinctives. On est parti d'une thématique récurrente chez nous qui est la notion du temps qui passe et celle du voyage, de la route, avant de s'en éloigner progressivement. Mais ça reste quand-même en toile de fond.

Adikt : L’album est signé sur LZO. C’était naturel je suppose ?

Iris: Ca nous parait naturel aujourd'hui mais l'idée de le faire ensemble est assez récente finalement. On a vraiment construit l'album dans notre coin, avec la distance l'écriture a pris un peu de temps mais l'album a été enregistré en trois ou quatre jours. On a eu quelques galères et on a du reprendre le mixage de l'album à zéro, j'ai pensé à Laurent que je connaissais depuis pas mal de temps pour le faire et il a accepté mais ce n'est qu'à la fin du mix qu'il nous a proposé de le sortir.

Adikt : Un dernier mot ?

Iris : Courez !
Arm: Vite.

Neska

Lien :
- LZO Records

 

Neska // 

http://adiktblog.blogspot.com/
http://www.youtube.com/watch?v=CeDDw3g26Xg&feature=related

- posté par reno -